Echos du mini-camp de Pâques

Cette année, éclaireurs et louveteaux se sont retrouvés à Jambville : une grande forêt est aménagée pour les troupes et meutes de scouts. Notre campement était juste à côté dun ancien amphithéâtre romain, ce qui a bien plu aux enfants qui ont pu y jouer.

Comme dhabitude au mois davril, le temps a été très changeant ! En quelques minutes nous sommes passés du grand bleu à des grêlons, ce qui a eu leffet bénéfique de faire rire tout le monde, mais globalement nous avons eu du beau temps. Ce qui a été très propice à notre traditionnelle « veillée trappeur » du samedi soir, repas cuit entièrement au feu de bois. Après quelques difficultés pour lallumage, nous avons tout de même réussi à faire prendre forme à notre feu. Au menu : saucisses, cuisses de poulet, pommes de terre, bananes au chocolat et chamallows grillés pour finir en beauté.

Limaginaire dans lequel nous avons plongé les enfants était dans la continuité du week-end précédent, au croisement entre le livre de la jungle et une école de ninja au service dun moine un peu perdu. Les enfants ont dû mettre fin à une injustice : après avoir découvert un empoisonnement, il a fallu déterminer le coupable, lattraper (ce qui nest pas une mince affaire avec la malice du ninja expérimenté) et le punir de façon équitable. Nous avons commencé par un moment de réflexion sur la notion de punition, puis chaque groupe a proposé une peine qui lui semblait adaptée. Les jurys se sont prononcés sur une semaine au chevet du malade, et un goûter général pour la réparation du mal causé à la société.

Avec cette activité, nous espérons avoir fait comprendre aux enfants quil est nécessaire de peser le pour et le contre avant dagir ou de punir, réflexion qui nous semblait importante pour le bon fonctionnement de la vie en communauté.

Les responsables Louveteaux